Baromètre auto : un marché du neuf en recul de 6 % en avril

publishing

TimeOne – Publishing est le spécialiste de l’édition de sites thématiques dans les univers Immobilier, Telecoms, Banque, Assurance et formation.
Acteur majeur du secteur automobile depuis 2007 avec les sites reserverunessai.com, OHMYCAR et entretien-auto.com, nos équipes produisent mensuellement une centaine de dossiers thématiques couvrant l’ensemble du cycle de vie automobile des particuliers et professionnels. L’audience mise à disposition permet de proposer aux marques : opérations spéciales, branding et opérations de collecte de leads. Cette Business Unit spécialisée positionne le contenu et le brand content comme une source de création de valeur.

 

Si les ventes automobiles de mars affichaient une mine radieuse, celles d’avril font moins bonne figure. Avec une baisse de 6 % en données brutes, le marché du neuf perd de sa superbe après un premier trimestre qui a démarré sur les chapeaux de roues. Pour autant, le bilan de ce mois d’avril n’est pas si négatif.

 

Une régression des ventes de voitures neuves en France…

img1

2017 n’arrive décidément pas à trouver son rythme de croisière, avec un marché du neuf fluctuant de mois en mois.

Tandis que Mars clamait fièrement une hausse des ventes de véhicules neufs de 7 %, Avril fait grise mine, enregistrant 171 879 unités écoulées et 6 % de recul par rapport à 2016.

En effet, l’année passée à la même période, pas moins de 181 830 véhicules particuliers neufs avaient été vendus. Toutefois, ce constat est à nuancer : la baisse des résultats qu’accuse le mois dernier a été favorisée par deux jours ouvrés de moins qu’en avril 2016 (19 contre 21).

Aussi, à nombre de jours ouvrables comparable, avril 2017 retrouve quelques couleurs avec une hausse de 3,9 %. En outre, ce mois d’avril frileux n’empêche pas le marché français du neuf d’afficher une hausse de 2 % en données brutes sur les quatre premiers mois de 2017.

Notons aussi que les ventes de véhicules essence ont devancé celles des diesel pour la deuxième fois consécutive.

Sur les 171 879 immatriculations enregistrées le mois dernier, 48,27 % concernent des motorisations essence contre 48,09 % de véhicules roulant au gazole. Si l’on considère les quatre premiers mois de l’année, les deux motorisations arrivent quasiment à égalité : 47,49 % pour l’essence et 47,56 % pour le diesel.

Ainsi, 2017 pourrait bien inverser une tendance qui a longtemps été en faveur du diesel.

autos-214033

… mais un marché des utilitaires stable

img2

Du côté des utilitaires légers (entendez par là les moins de 5,1 t), le marché reste dans le vert, avec une progression de 0,2 %.

En effet, ce sont quelques 36 320 unités qui ont été vendues, contre 35 948 en avril de l’année dernière.

Les ventes d’utilitaires restent donc au beau fixe et offrent une évolution positive de 7,5 % sur les 84 premiers jours de 2017 grâce aux 146 414 modèles écoulés contre 135 930 en 2016. Les véhicules industriels lourds en revanche, présentent une régression des ventes de l’ordre de 4,5 % par rapport à avril 2016 avec 4 222 immatriculations seulement. Un résultat rattrapé tant bien que mal par une progression de 3,2 % depuis le début de l’année en comparaison des 4 premiers mois de 2016.

Le marché des véhicules dédiés aux professionnels est donc plutôt stable et peu affecté par la malédiction d’avril.

 

Les ventes côté constructeurs : les français boudés

img3

Une fois n’est pas coutume, les cancres d’avril sont les constructeurs français !

Avec un recul de 6,8 %, soit 93 492 modèles livrés, les marques hexagonales signent un bilan décevant, en particulier DS qui avoue une baisse vertigineuse de 42,3 %, avec seulement 1 562 ventes à son actif. Si Renault reste en tête des ventes en termes de volume avec un score de 32 423 livraisons, en régression de 9,3 % tout de même par rapport à l’année passée, c’est Peugeot qui limite le mieux la casse avec seulement 2,2 % de recul et 30 885 véhicules écoulés au compteur. Citroën comme Dacia se placent juste en dessous du recul général du marché des véhicules neufs avec respectivement 17 872 (- 5,2 %) et 10 746 (- 5,3 %) ventes.

Les marques étrangères ont mieux géré cette crise puisqu’elles n’enregistrent sur le mois dernier qu’une régression globale de 5 %, avec 78 387 véhicules vendus. Les allemands BMW, Volkswagen et Daimler admettent les plus piètres performances avec des baisses respectives de 10,8 % à 6 548 ventes, 8,5 % à 21 510 unités écoulées et 7,3 % à 5 190 modèles vendus. Volvo ne fait pas vraiment mieux avec – 7 % et reste talonné par Ford (- 6,4 %) et Nissan (- 5,2 %). General Motors pour sa part, concède 3,6 % de diminution des ventes par rapport à avril 2016 avec 6 309 véhicules livrés. Quant à Hyundai, le constructeur coréen traverse les turbulences d’avril sans trop de dégâts puisqu’il limite le recul de ses ventes à 0,8 % avec 5 805 modèles achetés en France.

Seuls Toyota et FCA ont su tirer leur épingle du jeu en ce mois d’avril maussade, avec des hausses des ventes respectives de 0,5 % à 6 787 ventes et 4,8 % à 7 110 livraisons.

L’autre bonne nouvelle reste que malgré les chiffres en descente du mois dernier, les ventes des constructeurs français progressent de 1 % sur les quatre premiers mois de 2017, et celles des marques étrangères de 3 %.

 

 

logo-md

Configurateur et comparateur automobile, OHMYCAR permet d’accompagner l’utilisateur dans sa décision d’achat d’automobile.

Le site propose divers services annexes comme les essais gratuits de véhicules, des devis d’entretien, un recensement des préconisations constructeurs, des petites annonces, un simulateur de financement et un guide d’entretien.